Les mêmes yeux que Bixente.

Un peu de pessimisme, ça ne fait pas de mal. Surtout avec les nouvelles du moment.

Pas de Benzema, pas de but ?

Blessé en Ligue des Champions contre l’Ajax, KB9 ne sera pas disponible avant « une grosse semaine », forfait pour les deux matchs à venir (vendredi et mardi). Celui qui avait fait la différence à lui tout seul en Albanie (on en avait parlé dans ce Panenkast) ne foulera donc pas la pelouse du Stade de France. De quoi remettre très largement en question notre identité offensive.

De nos deux derniers déplacements dans l’Est, le travail de Blanc ne s’est pas confirmé. Pire, on se demande désormais quels ont été ses apports. Étonnant retournement de situation après les amicaux remportés face à l’Angleterre et le Brésil. D’autant plus que cela fait bientôt un an et un mois que l’EDF est invaincue. La solidité défensive est retrouvée, sa prospérité n’a pas encore éclos.

Pour ce qui est de l’animation offensive, c’est un no man’s land. Malouda s’accroche à son poste d’ailier droit comme le tartre aux dents d’Aly Cissokho*, le côté bright en moins. Jamais dans le bon tempo, jamais là où il faut, toujours lent, laissant centrer Sagna et préférant repiquer dans l’axe… histoire d’apporter son jeu de jambe et sa vista dans la surface, naturellement. Ribéry, comme à son habitude, tape dans son quota de blessures annuelles, il en reste encore 4 à écouler. Nasri en meneur de jeu est un épouvantail à ballons. Bref, la ligne des 3 offensifs se marche dessus, les rares fois où elle se trouve.

Les relayeurs ? Bien maigre consolation quand la finition n’est pas au rendez-vous. Benzema était justement l’homme idéal de cette France inoffensive, capable de créer des percées seul balle au pied sans forcément un soutien derrière lui. Mieux, il peut également faire office de passeur décisif quand le milieu se marche dessus.

"On peut effectivement dire qu'on va se chier dessus"

L’arrivée de joueurs frais, l’éphémère illusion bleue

Généralement, les nouveaux arrivants font une bonne rentrée sur la pelouse : Nasri en 2007, Gourcuff contre la Serbie et la Roumanie en 2008, Martin contre l’Ukraine cet été… Les exemples ne manquent pas. Les pschit non plus. Quid des Nasri et Gourcuff une fois l’effusion des premières bonnes sélections passées ?

Le retour de Mathieu est clairement vu de bon oeil. Normal, ses terribles prestations avec Valence justifient sa venue et pourront (enfin) dynamiter le côté gauche. Debuchy débarque, et c’est tant mieux. Gomis et Cissé rappelés, pas une injustice. Mais à quoi ressemblera le 11 de départ contre l’Albanie vendredi ? Blanc, qui faisait de sa défense son ciment, pourrait se voir composer avec des combinaisons inédites. On a déjà vu Rami-Kaboul, pour le pire, Abidal incertain, c’est Evra ou Mathieu qui se disputeront le flanc gauche. Pour le premier, c’est l’ennui et des performances grisantes, pour le second, l’expérimentation et l’hypothèse. A droite, Réveillère sera très certainement reconduit à son poste de latéral.

Finalement, peu importe la tronche de la défense, puisque l’essentiel des deux matchs est la victoire, autrement dit, c’est l’attaque qui primera sur les quatre arrières. Blanc saura-t-il changer son schéma, utiliser 2 pointes, profiter des arrivées et retours de revanchards prêts à tout pour grappiller des points d’estime ? Mettra-t-il dans les tribunes Malouda ? Rien n’est moins sûr, mais avec les blessures de cadres, le Président a sans doute une chance unique de reprendre de bon pied sa sélection en proposant une équipe plus joueuse, plus habile sur les ailes. Nasri à gauche, Menez à droite, M’vila et Cabaye dans l’axe. Appétissant.

Dans son malheur, l’équipe de France pourrait malgré tout trouver son bonheur. Si Laurent Blanc le désire vraiment. Et c’est pas gagné.

*: Ceci est une vanne certifiée Zidanopoulos. Autographes tous les mercredis matins dans le PMU de Malakoff.

GBA

SUR LE MÊME THÈME

Laisser un commentaire