Je suis Eddy Fleck, personnage de 49 ans, ultra-reconnu dans le monde du football.
Je suis là pour vous faire vivre le côté caché des clubs de football.
Sans aucune mythomanie.

Épuisantes dernières semaines. Un aller retour sauce chinoise suivi du réconfort du gros Nicollin avaient eu raison de mon état. Le SMS hebdomadaire envoyé par ma banque sur mon portable affichait désespérément un solde de 3,60€ sur mon compte. Plus question de faire des folies, il fallait absolument que je trouve un emploi. Parcourant les offres sur Internet, entre deux vidéos « fire prout » sur Youtube, je finis par tomber sur une proposition Canal +. « Nous cherchons un présentateur anglais pour remplacer Darren Tulett, parti palper l’argent du gaz sur Al Jazeera Sport ». Bizarre. Je décide malgré tout d’envoyer mon CV à la direction de la chaîne et de faire appuyer ma candidature par les quelques pistons féminins, dragués dans les différentes boîtes de nuit de la capitale. Cyril Linette en personne me recontacte quelques jours plus tard pour convenir d’un rendez-vous. Je sors mes plus belles pompes en poil de cul de bison. C’est ma chance.

Canal+ était devenu l’épicerie d’Al Jazeera. Charles Biétry, ancien directeur des sports de la chaîne cryptée roulait désormais pour l’autre camp. Et il ne faisait pas semblant. Piquer la Ligue des Champions, la Ligue Europa, la Ligue 1, deux présentateurs made in Canal+ à son homologue Cyril Linette, c’était du viol financier. Et avec le sourire.

Mon rendez-vous était aujourd’hui, à 14h30. Arrivé sur place, je voyais le siège Canal+ tombé en ruines. Une inscription « Al Jazeera m’a tuer » était affichée en lettres rouges sur la façade de l’immeuble. Des mauvais blagueurs avaient tagué « que jamais dans la merde » après le logo géant de la chaîne. Devant le bâtiment, Cyril Linette fumait une clope en habit traditionnel qatari.

« – Monsieur Fleck ?! Très bien. Vous pouvez rentrer et demander mon bureau à l’accueil. Je vous rejoins dans un instant ».

Le Qatar avait même acheté les habitudes vestimentaires du groupe. A l’intérieur, certains se baladaient sans froc, résultat d’un salaire abaissé pour faire face à cette nouvelle concurrence. Les écrans diffusaient les informations en arabe. On faisait chauffer le charbon d’une chicha pomme dans le coin d’un bureau.

« – Bonjour Madame. Le bureau de Cyril Linette s’il vous plaît ?

– Cherche naal dine omouk »

Réponse sèche et surprenante. Où trouver cette Nadine Omouque dans tout ce bazar ? Il était plus judicieux que j’attende à l’accueil. Après quelques minutes, Cyril Linette entre enfin dans le bâtiment et m’accompagne à son bureau. L’atmosphère est détendue. Il me connaît puisque j’avais l’habitude de trainer dans les stades lorsque j’étais agent de joueurs.

« – Oui Monsieur Fleck, ça a bien changé ici. Charles Biétry a pillé la moitié de nos programmes et de nos journalistes. Pierre Ménès est le seul à avoir résisté, la taille quadruple XL pour une djellaba n’existant pas. En plus de ça, il propose un abonnement à 13€. T’es Qatari, t’as tout compris… »

Après Nicollin, c’était au tour de Linette de chialer dans mes bras. Personnellement, j’en avais rien à foutre de ces histoires de djellaba, j’avais besoin de ce job. La discussion reprend… dans la langue de Shakespeare.

« – And Mister Fleck, why have you applied for this job ?

– Hum… Yes… Yes of please »

J’étais pas certain de ma réponse. Qu’importe, Darren Tulett n’a jamais lâché un mot d’anglais dans ses émissions, j’pouvais largement rivaliser… L’appel à la prière interrompt l’entretien et Cyril Linette me propose que l’on se recontacte ultérieurement.

Depuis, toujours aucune nouvelle. Canal+ continue de me débiter 29,90€ par mois et j’ai encore le niveau CM2 en anglais. Quelqu’un aurait le numéro de Charles Biétry ?

SUR LE MÊME THÈME

Laisser un commentaire