Tandis que les coachs de Ligue 1 et d’Europe dépriment avec le départ de leurs Africains, la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) se rapproche à grands pas. Afin que tu puisses comprendre un peu mieux cette compétition, La Madjer te propose un petit dégrossissement de cet évènement qui fait du mal à l’Europe. Le monde à l’envers en fin de compte.

Des absents de marque

La 28e édition de la CAN est organisée en Guinée Équatoriale et au Gabon du 21 janvier au 12 février. Tenante du titre, l’Égypte ne sera pas présente pour défendre sa coupe. En effet, les Pharaons ont terminé derniers de leur poule éliminatoire composée du Niger, de l’Afrique du Sud et de la Sierra Leone. Une absence de marque qui permettra de voir enfin un nouveau pays remporter cette compétition après trois victoires consécutives des cousins de Toutânkhamon (2006-2008-2010). Seulement cinq nations ayant déjà remporté la CAN disputeront cette 28e édition; à savoir le Ghana avec cinq trophées, ainsi que la Côte d’Ivoire, le Maroc, la Tunisie et le Soudan qui eux ne comptabilisent qu’un seul titre.

Alors qu’ils étaient présents à la Coupe du Monde 2010, les anciens lauréats que sont l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Cameroun et le Nigeria seront eux les grands absents de cette CAN 2012.

4 stades

Côté organisation, les pays hôtes mettent à disposition chacun deux stades :

GABON :
Libreville – Stade d’Angondjé : 45 000 places (FINALE)
Franceville – Stade de Franceville : 40 000 places

GUINEE EQUATORIALE :
Bata – Estadio de Bata : 20 000 places
Malabo – Nuevo Estadio de Malabo : 20 000 places

Les équipes engagées

Groupe A (classement FIFA)

Guinée Équatoriale (150ème)
Zambie (79ème)
Sénégal (44ème)
Libye (63ème)

Co-organisatrice avec le Gabon, la Guinée Équatoriale va participer à sa première CAN dans un groupe composé du Sénégal, qui retrouve la compétition après son absence en 2010, de la Zambie, qui a échoué en quarts de finale lors de la précédente édition, et de la Libye qui a participé à une seule CAN en 2006.

Le Sénégal part sans doute favori dans cette poule grâce à une équipe dont la majorité des joueurs évoluent en Europe, notamment en France avec Souleymane Diawara (OM) ou Moussa Sow (Lille). L’homme en forme du moment en Angleterre, Demba Ba (Newcastle), sera là tout comme Mamadou Niang (Al Sadd – Qatar). La Zambie ne dispose pas de joueurs connus mais trois d’entre eux évoluent en Europe (deux en Israël et un en Suisse au BSC Young Boys). La Guinée Équatoriale et la Libye sont quant à elles des inconnues de la planète football mais il ne fait aucune doute que les joueurs libyens tenteront de faire honneur à leur drapeau après les événements politiques qui ont secoué le pays.

Groupe B
Côte d’Ivoire (16ème)
Angola (84ème)
Burkina Faso (62ème)
Soudan (112ème)

Quart de finaliste à la dernière CAN, la Côte d’Ivoire part favorite dans sa poule et dans la compétition. Emmenés par Gervinho, Didier Drogba ou Yaya Touré, les ivoiriens devront toutefois mettre de côté leurs problèmes d’égo qui plombent l’esprit d’équipe. Ce pays qui est dans une tourmente politique a besoin de retrouver le sourire au moins sur la pelouse.

L’Angola avait fait sensation lors de sa première participation à la Coupe du Monde 2006 en ne perdant qu’un seul match face au Portugal (0-1). Elle n’a échoué qu’en quarts de finale à la CAN 2010. Du côté du Burkina Faso, on va pouvoir retrouver Pitroipa (Rennes), Kaboré (Marseille) ou encore le défenseur de Lyon, Bakary Koné… Pour ce pays, la participation à la CAN a longuement été indécise puisque la Namibie avait réclamé l’exclusion des Burkinabés avec pour motif qu’un des joueurs ne respectait pas les critères de bi-nationalité, en étant naturalisé par alliance. Le Soudan lui possède une équipe 100% nationale avec TOUS ses joueurs évoluant dans deux clubs : soit Al Merreikh soit Al Hilal.

Groupe C
Gabon (77ème)
Tunisie (59ème)
Maroc (56ème)
Niger (98ème)

Deuxième organisateur de cette CAN, le Gabon vient de remporter le Championnat d’Afrique des moins de 23 ans et ira aux J.O de Londres en juillet prochain. Le Niçois Mouloungui et le Stéphanois Aubameyang seront dans la sélection. Les Tunisiens, vainqueurs en 2004, ont vu leur pays représenté au dernier mondial des clubs grâce à l’Espérance de Tunis, lauréat de la Ligue des Champions d’Afrique en 2011. Issam Jemâa (Auxerre) devrait être de la partie. Le voisin marocain sera lui aussi présent et fera tout pour disputer la finale comme en 2004 et la remporter comme en 1976. El Arabi (Qatar) et Chamakh (Arsenal) sont dans les 23 convoqués. Le Niger disputera sa première compétition majeure. Aucune CAN ou aucune Coupe du Monde au compteur. Une première pour eux.

Groupe D
Ghana (29ème)
Guinée (79ème)
Mali (67ème)
Botswana (96ème)

Belle surprise du Mondial sud-africain en 2010 en atteignant les quarts de finale, le Ghana finaliste face à l’Égypte en 2010, fait parti des favoris de cette CAN. Les stars de l’équipe sont les frères Ayew, qui ont délaissé l’OM le temps de la compétition, mais également Muntari (Inter de Milan) ou Asamoah Gyan qui évolue à Al Ain (Emirats Arabes Unis). Inexistante depuis sa finale à la CAN de 1976, la Guinée qui a été entraîné par Henri Stambouli, Robert Nouzaret ou encore Brune Metsu, va retrouver la compétition après son absence en 2010. Pascal Feindouno (laissé libre par le FC Sion) ou Ismaël Bangoura (ex Stade Rennais) participeront sûrement à cette CAN.

En terminant premier de sa poule lors des éliminatoires, le Mali coaché par Alain Giresse, enchaîne une troisième participation consécutive. Le meilleur parcours remonte à 1972 avec une finale perdue face au Congo. Cheick Diabaté (Bordeaux), Dembelé (Fribourg), Modibo Maiga (Sochaux) ou Mohamed Fofana (Toulouse) feront tout pour mener leur équipe jusqu’au bout. Grande inconnue de cette CAN 2012, obligeant à faire un détour par Wikipedia, le Botswana est un pays situé au nord de l’Afrique du Sud qui abrite moins de deux millions d’habitants. Indépendant depuis 1966, la sélection nationale aura à cœur de montrer son football après avoir dominé sa poule qualificative, devançant même la Tunisie.

Cette CAN 2012 promet d’être indécise entre des équipes dites favorites qui auront le terrain dégagé puisque les grandes nations du football africain seront absentes. Si l’on met le football un instant de côté, la compétition va permettre à des pays de montrer qu’ils existent ou à d’autres de pouvoir mettre entre parenthèse un quotidien secoué par des guerres civiles, des coups d’état ou tout événement politique obligeant un pays à devoir se reconstruire sans cesse. La CAN permet de parler de l’Afrique d’une manière plus agréable que le reste de l’année. Alors oui, nous pauvres européens nous nous plaignons de perdre nos joueurs fétiches, oui nous ne connaissons même pas un tiers des joueurs qui vont s’affronter pendant trois semaines, mais nous allons assurément découvrir un peu plus d’un continent que l’on met trop souvent de côté. Et puis, peut-être que dans ces inconnus il y a un futur ballon d’or…

De la fraîcheur et de la nouveauté, bordel.

SUR LE MÊME THÈME

Leave a Reply